Histoire du marché des changes - Forex

Bretton woods

Pour commencer, nous pouvons citer une anecdote qui s'est produite en 1967 lorsqu'une banque de la ville de Chicago n'a pas accordé de prêt à un professeur universitaire nommé Milton Friedman. Le prêt était en livres sterling et Friedman voulait l'utiliser pour profiter de la baisse du prix de la monnaie anglaise qui, selon lui, allait se produire dans un court laps de temps. Friedman s'était alors rendu compte que la livre sterling était trop chère par rapport au dollar américain et il avait donc l'intention de vendre la monnaie pour la racheter après une chute du cours et ensuite rendre l'argent que la banque lui avait prêté.

De cette façon, il pensait qu'il pourrait faire un profit rapide et facile. Cependant, en raison des accords de Bretton Woods 20 ans plus tôt, la banque lui avait refusé le prêt. Les accords de Bretton Woods avaient fixé le prix des monnaies par rapport au dollar américain et établi que cette monnaie aurait une valeur de 35 dollars par once d'or.

Cet accord, conclu en 1944, avait pour objectif d'établir une plus grande stabilité monétaire au niveau international afin d'empêcher la fuite des capitaux entre les nations et, en même temps, de limiter la spéculation sur les devises dans le monde. Avant Bretton Woods, l'étalon de change de l'or régissait le système économique mondial et a prévalu de 1876 à la Première Guerre mondiale. Sous ce système, les monnaies jouissaient d'une stabilité marquée puisqu'elles étaient soutenues par le prix de l'or qui éliminait l'ancienne pratique de nombreux dirigeants d'abaisser arbitrairement la valeur de leur monnaie ce qui provoquait inévitablement de l'inflation.

Malgré ses avantages, le système de l'étalon-or présentait de sérieux défauts. Par exemple, chaque fois qu'une économie était forte, elle pouvait augmenter ses importations pour réduire considérablement ses réserves d'or et soutenir ainsi la valeur de sa monnaie. De cette façon, les taux d'intérêt étaient relevés, le montant de la monnaie ou la masse monétaire réduit et, en général, l'activité économique chutait jusqu'à ce que la récession survienne. Dans le même temps, les prix des biens étaient à leur niveau le plus bas, ce qui les rendaient plus attrayants pour d'autres pays qui, sans trop réfléchir, se livraient à des achats excessifs. L'or injecté dans le pays augmentait la masse monétaire, abaissait les taux d'intérêt et relançait l'économie.

Pendant que le système de l'étalon-or était en place, ces tendances d'expansion économique et de récession étaient courantes et prévalaient jusqu'à ce que le mouvement de l'or et le flux commercial soient interrompus en raison du début de la Première Guerre mondiale. Après les deux guerres mondiales, les principales économies de la planète ont célébré les accords de Bretton Woods par lesquels les participants se sont engagés à essayer de maintenir la valeur de leur monnaie avec une marge étroite par rapport au dollar américain et selon un taux d'or correspondant, en fonction des besoins.

L'accord interdisait également aux pays de dévaluer leur monnaie afin de profiter de leurs échanges commerciaux avec d'autres pays. Seules les dévaluations inférieures à 10 % étaient autorisées. Du fait que le volume du commerce international était en croissance constante, dans la décennie des années 50, il y avait d'importants mouvements de capitaux générés par l'ensemble de la construction pendant l'après-guerre. Cela avait pour conséquence immédiate de déstabiliser les taux de change qui avaient été établis dans les accords de Bretton Woods.

Pour cette raison, l'accord a finalement été abandonné en 1971 et à partir de ce moment, le dollar américain ne pouvait plus être converti en or. Déjà en 1973, les monnaies des économies les plus importantes avaient commencé à s'échanger plus librement et étaient contrôlées principalement par les forces de l'offre et de la demande sur le marché spéculatif. C'est ainsi que les prix ont été constamment fixés en fonction d'un taux de change libre, ce qui, conjugué à l'augmentation de la volatilité, de la rapidité et du volume des échanges dans ces monnaies, a donné naissance dans les années 70 à de nouveaux instruments financiers, à la libéralisation du trading des devises et à la déréglementation du marché. C'est ainsi que le marché du forex est né.

Grâce à l'avènement de la technologie, en particulier dans le domaine des technologies de l'information, la circulation transfrontalière de l'argent s'est accélérée et l'activité du marché s'est répandue directement en Amérique, en Europe et en Asie. Ainsi, les échanges de devises ont augmenté incroyablement, passant d'environ 70 milliards de dollars par jour au milieu des années 1980 à plus de 2,5 billions de dollars par jour au début du 21e siècle, faisant du Forex le marché financier le plus liquide au monde.

Le développement de l'euromarché

Le développement accéléré du marché de l'euro / dollar, par lequel les dollars américains sont déposés dans des banques situées à l'extérieur des États-Unis, a eu une incidence marquée sur l'augmentation du volume de trading sur le marché des changes. On peut donc dire que les euromarchés peuvent être définis comme ceux dans lesquels les actifs sont déposés dans une monnaie autre que la monnaie d'origine.

En ce qui concerne le marché de l'euro / dollar, il a pris naissance dans les années 1950, lorsque les revenus tirés par l'Union soviétique des ventes de pétrole (ces revenus étaient en dollars) ont été déposés à l'extérieur des États-Unis, par crainte des Russes que ces fonds soient gelés par les autorités américaines. Grâce à cela, une grande quantité de capitaux en dollars à l'étranger ont échappé au contrôle du gouvernement américain. Pour sa part, le gouvernement américain a créé des lois strictes qui visaient à restreindre les prêts en dollars consentis aux étrangers afin de limiter les sorties de dollars de leur pays qui pourraient échapper à leur contrôle.

À cette époque, les euromarchés étaient très attractifs pour les investisseurs parce qu'ils ne disposaient pas d'autant de réglementations et que les rendements qu'ils offraient étaient plus élevés. À la fin des années 80, les entreprises américaines ont commencé à emprunter à l'étranger, elles ont alors découvert dans l'euromarché un moyen de maintenir une liquidité excessive, de financer les exportations et les importations et de fournir des prêts à court terme.

Depuis lors, Londres a été le principal marché pour le commerce offshore et depuis les années 1980, la ville est devenu le centre névralgique du marché de l'euro / dollar à partir du moment où les principales banques britanniques ont commencé à accorder des prêts en dollars américains comme une alternative à la livre sterling. Ce faisant, ces banques ont cherché à maintenir leurs positions de force et de leadership en matière de finance mondiale. La position dominante actuelle de l'euromarché est renforcée par la situation géographique de Londres, qui lui permet d'opérer en même temps que les marchés américain et asiatique.

compte démo forex