Peur et cupidité : deux acteurs dangereux sur les marchés financiers

Peur et cupidité

Croyez-le ou non, la peur et la cupidité sont deux termes qui circulent très fréquemment à Wall Street. Ces deux émotions ont des effets déterminants sur le comportement des marchés financiers. Tout ce qui peut exister de rationnel sur les marchés passe à travers les mailles du filet lorsque la peur ou la cupidité apparaissent. En fait, un vieil axiome de la place financière mondiale veut que les marchés évoluent en fonction de ces émotions.

Ces dernières années, la finance comportementale a cherché à expliquer comment les émotions s'emparent des marchés, les influençant de manière décisive. Il existe même un indice - peu utilisé - qui mesure la peur et la cupidité sur les marchés financiers.

Selon nous, vos actions en tant que trader ou investisseur doivent être régies par la rationalité. Cependant, de nombreux traders sont poussés à laisser libre cours à leur instinct grégaire et à rejoindre le troupeau.

Parlons donc de la façon dont ces deux émotions se manifestent sur les marchés. Quels sont les effets et comment les reconnaître pour comprendre le moment.

La peur et la cupidité frappent aux portes des marchés.

Pour la finance comportementale, les émotions sont une composante omniprésente des décisions des investisseurs. Selon cette discipline récente, tout n'est pas rationnel dans le comportement des acteurs des marchés financiers.

Dans l'univers des émotions qui influencent ces décisions, la peur et la cupidité sont les plus récurrentes et ont les plus grands effets.

Les deux émotions apparaissent comme une partie intégrante du comportement des troupeaux. La foule cherche à se regrouper et à suivre un seul chemin. La question est de savoir si cette voie est bien fondée.

Sur les marchés financiers, l'analyse technique et l'analyse fondamentale sont des outils qui permettent aux traders de s'éloigner des émotions. Bien sûr, les décisions motivées par la peur et l'avidité peuvent parfois être justifiées par les fondamentaux.

Mais, à long terme, les émotions compliquent tout plan d'investissement. La peur et l'avidité peuvent être justifiées lorsque certains changements brusques sur le marché déclenchent des signaux d'alarme chez les investisseurs.

En avril 2022, Netflix a indiqué que, pour la première fois en 10 ans, elle avait perdu 200 000 abonnés. Les actions de la société de streaming ont chuté de 25 % et ont déjà accumulé une perte de 37 % depuis le début de l'année. Il y a une raison : la baisse du nombre d'abonnés. Cependant, il est important d'analyser si les fondamentaux justifient un tel effondrement de ses actions. Ce qui est clair, c'est que la peur domine les actionnaires. Il existe un comportement grégaire et Netflix en souffre.

À l'autre extrême, nous avons déjà parlé de cet exemple, les actions de Hewlett-Packard ont bondi de 14 % en quelques heures. Cela s'est produit après que Berkshire Hathaway a acheté une quantité énorme d'actions de la société technologique. Cette fois-ci, le troupeau s'en est pris au leader. Ce rallye boursier est-il justifié ? Nous ne le savons pas encore.

Cupidité et bulles

On peut dire que la peur et la cupidité sont les deux faces d'une même pièce.

Les êtres humains recherchent le bien-être, en particulier le bien-être matériel. Plus vite ils y parviendront, mieux ils se sentiront. Une situation similaire se produit sur les marchés financiers. Les investisseurs cherchent à s'enrichir, ou du moins à augmenter considérablement leurs revenus. Et, surtout, ils cherchent à atteindre cet état de bien-être le plus rapidement possible.

C'est là que la cupidité entre en jeu. Lorsqu'un marché affiche une forte tendance à la hausse, tout le monde veut se joindre à la fête. Il y aura ceux qui s'appuient sur les fondamentaux pour faire du trading. Mais, une grande majorité agira avec avidité en suivant le troupeau.

La cupidité est responsable de la formation de grandes bulles financières. C'est ce qui s'est passé avec le boom hypothécaire qui a déclenché la crise de 2008. Cette crise, comme celle des dotcoms, est l'exemple ultime de l'action de la peur et de la cupidité.

Le problème est que les émotions peuvent conduire les investisseurs à des décisions injustifiées. Lorsque l'avidité trouve une limite, les problèmes commencent. Cette émotion alimente la tendance à la hausse qui, à un moment donné, trouvera une limite dans le manque d'acheteurs à un prix très élevé.

La tendance ralentit, les doutes envahissent les investisseurs et la peur commence à s'insinuer.

Comment la peur influence-t-elle les marchés financiers ?

Dans ce tandem de la peur et de la cupidité, la peur survient lorsque les actions ou d'autres actifs financiers subissent des pertes importantes. Dans le même temps, cette peur se répand comme une marée noire, influençant d'autres investisseurs. Il en résulte une nouvelle baisse des prix. Tout le monde cherche à se débarrasser d'un actif qui ne va pas bien.

La peur est un autre facteur important du comportement des troupeaux. Elle peut faire chuter le prix des actions en dessous des fondamentaux. Les investisseurs sont susceptibles de se séparer d'actifs à fort potentiel.

Warren Buffett affirme que pour être "sur le marché boursier, vous devez être prêt à accepter une perte de 50 % sans paniquer". La déclaration est très claire. Bien sûr, en tant qu'investisseur, il faut être blindé d'une grande force d'âme pour supporter ce niveau à la baisse.

Il est parfois très choquant de voir comment fonctionnent la peur et la cupidité sur les marchés financiers. Les bulles financières sont le résultat de la cupidité. L'éclatement de ces bulles était le résultat de la peur.

La peur et la cupidité contre les fondamentaux

Lorsque ces deux émotions sont présentes, des mécanismes se mettent en place qui conspirent contre les investissements à long terme. Suivant le conseil de Buffett, les investisseurs doivent être prêts à attendre que la valeur intrinsèque d'un actif se présente.

Mais la peur et la cupidité sur les marchés financiers sont liées au comportement grégaire. La foule ignore les fondamentaux, elle suit le troupeau et cela peut entraîner une double perte. Si vous vendez un actif en baisse, vous pouvez le vendre à un prix inférieur à celui auquel vous l'avez acheté. Première perte. La seconde se produira lorsque l'actif se rétablira et que vous serez sorti.

Dans les années 90, quand les dotcoms étaient en plein essor, Warren Buffett est resté en dehors du troupeau. Pour l'"Oracle d'Omaha", les fondamentaux ne justifiaient pas l'investissement. Il s'est avéré être l'un des grands gagnants lorsque la bulle a éclaté.

La peur et la cupidité peuvent-elles être mesurées ?

Il existe des indicateurs qui peuvent aider les investisseurs à mesurer la peur et la cupidité. Le CBOE VIX mesure la volatilité de la performance de l'indice S&P 500. Il s'agit d'une bonne mesure de l'action de la peur et de la cupidité sur le marché boursier.

Le géant des médias, CNN, dispose également de son propre indicateur de peur et d'avidité. Il est connu sous le nom de "Fear & Greed Index".

Les bons investisseurs ne se cachent pas de la peur et de la cupidité sur les marchés financiers. Le comportement des troupeaux n'est pas toujours mauvais, ni toujours bon. Il s'agit d'émotions, et celles-ci sont à l'opposé des fondamentaux et des résultats de l'analyse technique. Ces émotions peuvent ouvrir des fenêtres d'opportunité. La peur qui pousse les prix en dessous des fondamentaux est une occasion d'acheter à bas prix et d'attendre une reprise.

Chapitre précédentSommaire Chapitre suivant

compte démo forex