L'importance de la réglementation du forex

Réglementation du forex

Le marché des changes (Forex) est le plus grand marché financier du monde et de loin. Selon l'enquête triennale de la Banque des règlements internationaux (BRI), le chiffre d'affaires mondial moyen du forex en avril 2010 à atteint la somme astronomique de 4000 milliards par jour, soit une augmentation de 20 %, par rapport aux 3300 milliards de dollars trois ans plus tôt. Dans une économie de plus en plus globalisée, l'importance du marché des changes pour le consommateur moyen ne peut pas être sous-estimée. La vitesse à laquelle le prix d'une monnaie peut changer sur le marché des changes détermine le prix que nous payons pour un nombre croissant de produits, pour nos vacances, le taux de rendement de nos investissements et même le taux d'intérêt sur nos prêts et dépôts.

Et pourtant, malgré l'importance de ce marché qui dicte le sort de tout le monde, de la plus grande nation de la plus petite, les marchés des changes restent très peu réglementés. Le trading du forex a été traditionnellement considéré comme le domaine exclusif de grandes banques et des sociétés, mais les tendances récentes ont dissipé cette notion. Avec l'arrivée des investisseurs individuels, la réglementation sur les opérations de change devient essentielle.

La spéculation effrénée

Les transactions sur le marché des changes peuvent être classés en deux types - commerciales et spéculatives. Une transaction commerciale est soutenue par une activité économique sous-jacente comme le paiement d'une importation ou d'un prêt à une entité à l'étranger. Une opération spéculative est effectuée uniquement dans le but de tirer profit des fluctuations de prix des devises.

Les transactions spéculatives dépassent largement les transactions commerciales dans le domaine du change, elles représentent une part plus importante des volumes de trading forex. En outre, le volume des transactions de change dans les années 1970 n'était que d'environ six fois la valeur du commerce mondial des biens et services, mais en 1995, le volume quotidien du trading forex de 1200 milliards de dollars représentait environ 50 fois cette valeur.

Le volume du trading forex a plus que triplé depuis lors, en grande partie par la spéculation. Une étude basée sur l'enquête de la BRI de 2010 constate que le rapport entre le chiffre d'affaires du forex et le produit intérieur brut (PIB) est une bonne mesure de l'activité spéculative - il varie d'environ 14 pour les États-Unis et le Japon à 200 pour le Royaume-Uni et plus de 300 pour Singapour. De plus, malgré l'augmentation de 20 % des volumes forex quotidiens entre 2007 et 2010, les transactions commerciales des entreprises et des gouvernements ont en fait diminué de 10 % durant cette même période. Les transactions commerciales ne représentaient que 13 % du volume du forex quotidien en 2010, la plus faible proportion depuis 2001.

Sur une note plus déconcertant, l'étude a également constaté que l'augmentation des activités du trading forex s'explique en grande partie par les "autres institutions financières", une catégorie large qui englobe les petites banques, les investisseurs institutionnels, les compagnies d'assurance, les banques centrales et les investisseurs de détail. Les deux groupes moteurs de la croissance dans cette catégorie sont le trading haute fréquence (HFT - High Frequency Trading) et le trading en ligne des investisseurs de détail qui ont respectivement représenté 25 % et de 8 à 10 % du marché spot forex de 1500 milliards.

Les traders forex de détail

Le trading forex en ligne des investisseurs de détail a énormément augmenté depuis 2007, leurs opérations contribuant à environ 125 milliards à 150 milliards de dollars de chiffre d'affaires quotidien. L'attrait de l'argent en spéculant sur ​​les mouvements de taux de change est évidemment puissant, mais avant de sauter sur ce train spéculatif, tenez compte des écueils. Il y a des inconvénients évidents tels que des pertes massives dues à un levier excessif et à une activité frauduleuse, les cambistes doivent aussi composer avec les facteurs de risques suivants :

  • Volatilité accrue : la hausse de l'activité spéculative, en particulier du trading à haute fréquence qui est dominé par le trading informatisé ou algorithmique, peut contribuer à une plus grande volatilité du forex, ce qui augmente le risque de pertes pour le petit investisseur ou traders forex.
  • L'information asymétrique : les investisseurs particuliers sont nettement désavantagés sur le marché des changes mondial largement non réglementé, car ils n'ont pas accès à l'information sur les grandes transactions et les flux de capitaux qui sont uniquement disponibles pour les grands acteurs qui dominent le marché. Avec cette asymétrie de l'information, il est difficile pour un investisseur de détail d'avoir un avantage sur les professionnels.

Réglementation du forex de détail

La réglementation sur les marchés des changes était pratiquement inexistant dans les années précédentes, mais la croissance rapide du trading forex des investisseurs de détail a conduit à une surveillance accrue et une réglementation par des organismes tels que la Commodity Futures Trading Commission (CFTC). En vertu de la Commodity Exchange Act (CEA), la CFTC a compétence sur les opérations forex à effet de levier offerts aux clients de détail aux États-Unis. La Loi autorise uniquement les entités réglementées à agir en tant que contreparties pour les opérations de change avec des clients de détail et elle exige que tous les traders de devises en ligne soient enregistrés pour satisfaire aux normes financières strictes qui sont appliquées par la National Futures Association (NFA) .

Pour un cambiste de détail, le plus grand risque de non-réglementation c'est l'activité illicite ou de fraude pure et simple. Les activités frauduleuses comprennent des commissions excessives générées par le barattage des comptes clients, les tactiques de pression des commerciaux, les combines à la Ponzi et la fausse représentation. Avec près de 26.000 personnes aux Etats-Unis qui ont perdu 460 millions de dollars à cause des escroqueries entre 2001 et 2007, l'incidence croissante de la fraude forex à conduit la CFTC à mettre en place un groupe de travail spécial en août 2008 pour faire face à ce problème.

Des règles strictes introduites aux États-Unis en 2010 pour protéger les traders forex de détail ont réussi à éradiquer la fraude dans une large mesure. Cependant, le cadre réglementaire est mélangé dans d'autres pays. Au Japon, le marché des changes de détail, le plus actif au monde, la Financial Services Authority (FSA) réglemente tous les marchés. La FSA est pro-active dans la régulation du trading forex de détail, à titre d'exemple, elle a réduit l'effet de levier maximum qui peut être mis à la disposition des cambistes de détail à 25:1 en août 2011, après l'avoir réduit à 50:1 un an plus tôt. Au Royaume-Uni et en Europe continentale, la réglementation est limitée et il y a peu de limites sur l'effet de levier.

La réglementation du marché des changes de détail qui représente moins de 5 % du chiffre d'affaires journalier moyen à travers le monde n'est que la pointe de l'iceberg. Qu'en est-il de la question de la non-réglementation du gigantesque marché des changes institutionnel ?

Réglementation également obligatoire pour les investisseurs institutionnels

Sur le plan institutionnel, les banques centrales locales réglementent vaguement leurs marchés des devises. Il n'existe aucun organisme unique de réglementation pour surveiller le marché des changes à travers le monde. Mais le marché des changes institutionnel doit aussi être réglementé pour un certain nombre de raisons, notamment :

Le coût de couverture plus élevé : l'augmentation de la volatilité des devises provoquée par la spéculation excessive entraîne une hausse des coûts supportés par les entreprises et les autres acteurs commerciaux pour couvrir le risque de change .

Importance systémique de grandes banques : les pertes de trading forex des entreprises et des institutions financières ne sont pas prédominantes dans la liste des principaux pays, cependant, le potentiel de perte pour des milliards de dollars sur de mauvais trades existe. Le trading de devises est un jeu à somme nulle, mais une perte massive engagés par une grande banque pourrait avoir un effet sur ​​l'économie mondiale en raison de son importance systémique.

Enrichissement injustifié d'une minorité : il peut avoir un effet négatif sur l'économie d'une nation. Ces mouvements sont parfois justifiés par les fondamentaux économiques, mais dans de nombreux autres cas, la faiblesse temporaire d'une monnaie peut être exploitée sans merci par les spéculateurs. La conséquence serait une fuite de capitaux et une récession prolongée provoquée par des taux d'intérêt nettement plus élevés pour défendre la monnaie. Ce scénario s'est produit un certain nombre de fois au cours des deux dernières décennies, un exemple notable étant l'effondrement du baht thaïlandais en juillet 1997 et la crise asiatique. Les spéculateurs de devises avaient engrangé des bénéfices et des millions de personnes dans les pays touchés avaient subi une érosion énorme de richesse et une longue période de chômage.

Conclusion

Un prélèvement réglementaire comme la taxe Tobin peut freiner la spéculation effrénée des traders forex de détail et institutionnels et compenser les coûts de la réglementation. Cependant, toute proposition visant à introduire une réglementation pour le marché des changes institutionnel pourrait faire face à une forte opposition des traders de devises. Les entrepreneurs et investisseurs ont parfois un besoin légitime de négocier des devises pour couvrir le risque de change de leurs entreprises ou portefeuilles d'investissements.

Avec un effet de levier allant jusqu'à 50:1 sur les paires de devises majeures aux États-Unis, les traders forex de détail américains risquent des pertes dans un marché qui est de plus en plus dominé par les activités spéculatives et les grandes institutions. Le marché des changes non-réglementé pour les investisseurs institutionnels - qui représente plus de 95 % du chiffre d'affaires quotidien du forex - pose des risques supplémentaires pour l'investisseur de détail. Il s'agit notamment d'une volatilité plus élevée et de l'asymétrie des informations qui peut sans doute être améliorée grâce à la réglementation du marché institutionnel.

compte démo forex