Les risques liés au trading et aux marchés financiers

Pile ou face risque

Le trading des marchés financiers comme le forex peut devenir une activité très lucrative. De nombreux traders sont donc convaincus qu'ils recevront de grosses sommes d'argent dans un court laps de temps et ils commencent à prendre top de risque. Ces traders se concentrent principalement sur le fait de gagner de l'argent et non sur la préservation de leur capital. Cette pratique entraîne invariablement de lourdes pertes, voire la perte de la totalité du capital de leurs comptes de trading.

Tout d'abord, considérons un aspect important lié au marché : le pourcentage de profit peut varier en fonction des conditions changeantes du marché. Le seul paramètre qu'un trader peut effectivement changer est le risque.

L'un des aspects les plus intéressants de la gestion de l'argent est qu'il s'agit purement d'une fonction mathématique. En ce sens, contrairement aux systèmes de trading, le résultat d'un système de money management est prévisible.

Pour expliquer plus en détail certains des concepts fondamentaux de la gestion du risque, nous utiliserons comme exemple le jeu de pile ou face. Dans ce jeu, nos chances de gagner sont de 50%. Le risque est le montant d'argent que nous mettons en jeu, au prochain lancement, en fonction du taux de paiement. Notre "chance" (probabilité de succès) et notre rémunération restent constantes dans le temps.

L'ordre d'apparition d'un côté ou de l'autre de la pièce de monnaie n'a pas d'importance. Si sur 100 lancers nous tirons d'abord 50 faces puis 50 piles, le résultat est le même que si nous avions d'abord tiré 50 piles et ensuite 50 faces.

Dans le trading, l'ordre des opérations produites, ainsi que le résultat de toute opération sont presque toujours aléatoires. Par conséquent, du point de vue du contrôle des risques, il n'est pas conseillé de se lier émotionnellement au résultat d'une seule transaction ou d'une série d'opérations, ni financièrement à un risque trop élevé sur chaque opération.

Ce qui semble être des résultats improbables sont en fait des résultats auxquels on peut s'attendre, mais il faut recourir à la règle sur les grands nombres.

Par exemple, nous ne devrions pas être surpris si, après 100 tirages au sort, nous obtenons 60 % du temps des prix élevés. Cependant, si après un million de tirages au sort, nous obtenons encore un taux de 60%, nous allons sûrement être surpris. Cela est dû à la croyance répandue selon laquelle plus on tire une pièce de monnaie à pile ou face, plus son écart de 50 % sera proche.

La loi des grands nombres stipule que la probabilité d'un événement n'est pas influencée par des événements qui se sont produits précédemment. Ceci explique pourquoi les taux de profit (pourcentage des transactions gagnantes) d'un système de trading n'augmentent pas même si ce système a enregistré 20 pertes consécutives. S'il est vrai que les transactions récentes affectent le taux de profit global, de nombreux traders sautent dans le marché en pensant qu'un mouvement correctif est sur le point de se produire, uniquement parce qu'ils ont connu plusieurs transactions gagnantes ou perdantes successives. En faisant cela, et même s'ils ne le savent pas, ils expriment leur croyance en ce que l'on appelle l'erreur du parieur ou le sophisme du joueur.

Ceci nous amène au point suivant : imaginez qu'un trader se sente malchanceux après une longue série de transactions avec des résultats négatifs qui lui ont causé de lourdes pertes alors qu'il semblait avoir trouvé un système gagnant. Ce trader commencera sûrement à se demander s'il y a un moyen de savoir combien de temps la série de pertes va durer.

Si nous connaissons la probabilité d'un résultat spécifique pour un événement donné et combien de fois nous allons le réaliser, il existe une formule mathématique qui nous permet de calculer la série maximale des gains et des pertes. Mais dans le trading, le nombre de fois qu'un événement aura lieu est inconnu, car il peut couvrir toute votre carrière de trader.

Si nous connaissons le nombre d'opérations sur le marché que nous allons effectuer de notre vivant, nous pourrions calculer le nombre maximum de pertes consécutives, à condition que le taux de profit reste exactement le même. En faisant varier le taux de profit, le nombre d'opérations perdantes consécutives peut s'améliorer ou s'aggraver. Cependant, il est impossible de connaître les deux chiffres à l'avance.

Si nous analysons soigneusement la loi des grands nombres, nous pouvons comprendre pourquoi il y aura toujours la possibilité de gagner ou de perdre, et pourquoi une série d'opérations perdantes ne change pas la probabilité de la prochaine transaction. En fait, ce principe mathématique important explique ce qui suit :

Lorsque le nombre de tirages au sort augmente (c'est-à-dire le nombre de transactions exécutées), la probabilité est que le pourcentage de faces ou de piles tirées au sort (c'est-à-dire le pourcentage de transactions gagnantes ou perdantes) approche 50 %, mais la différence entre le nombre réel de faces et de piles tirées au sort et le nombre représentant 50 % devient supérieure. En d'autres termes, à long terme, les résultats des transactions individuelles ne seront PAS égaux, c'est-à-dire que la différence dans le nombre de transactions gagnantes et perdantes peut varier considérablement, même si le taux de profit est le même.

La capitalisation est une exigence

Selon le raisonnement ci-dessus, si le nombre de transactions gagnantes et perdantes augmente à mesure que le nombre de transactions exécutées augmente, cela signifie qu'un trader finira par perdre le capital de son compte avec une probabilité proche de 100% étant donné que le nombre total de transactions augmente autant les transactions gagnantes que les perdantes.

Par conséquent, le montant du risque est un facteur mathématiquement décisif pour tout trader qui veut survivre et être rentable à long terme. Si nous réduisons le montant risqué, par exemple, de 10% à 5% du capital du compte, nous pourrions assurer la survie d'un système de trading pendant la période de perte. Un trader peut essayer d'augmenter son pourcentage de trades gagnants en acquérant plus de connaissances et de compétences techniques, mais cela ne garantit aucun résultat. Au contraire, si ce même trader décide de changer le montant qu'il risque, alors il sera mieux protégé et la prochaine série de pertes consécutives ne finira pas par ruiner son compte.

Suivant cette logique, il y a un autre paramètre qui peut être décisif pour le trader : le montant du capital initial pour commencer le trading. Si nous risquons le même montant, mais que la taille du compte augmente, le résultat change également - la probabilité de tout perdre diminue. En d'autres termes, si nous négocions avec un montant relativement faible sur chaque transaction et risquons peu par rapport à la taille totale du compte, la probabilité de tout perdre est considérablement réduite par rapport à ce qui se passerait si nous risquions trop.

On peut aussi calculer ce qu'on appelle "l'avantage de l'homme le plus riche". C'est ce que font les casinos : même avec un petit avantage pour le casino, la probabilité qu'un joueur finisse par ruiner le casino est réduite à un tel degré que la probabilité de faire des profits devient infinitésimale.

La perspective de la ruine existe grâce à la loi des grands nombres. Cependant, dans le trading réel, les calculs mathématiques décrits ci-dessus ne sont pas utiles puisque les paramètres du nombre total de transactions et du pourcentage de transactions gagnantes ne sont pas connus dès le début. Les seuls paramètres que le trader peut connaître et déterminer sont le capital initial et le montant à risque de chaque transaction.

L'expérience Ralph Vince

Ralph Vince a mené une expérience auprès de 40 personnes qui avaient des doctorats, mais pas de préparation dans les domaines des statistiques et du trading. Ces personnes munies d'un ordinateur qui simulait l'environnement de trading ont commencé avec 1 000 $, un taux de profit de 60 %, et la possibilité d'effectuer 100 transactions avec un paiement 1:1.

À la fin des 100 transactions, les résultats ont été compilés et seulement 2 des 40 participants ont gagné de l'argent. 95% ont perdu de l'argent en jouant à un jeu où les chances de gagner étaient en leur faveur. Ils ont perdu à cause de l'erreur du joueur et de la mauvaise gestion du risque qui en a résulté. La peur et la cupidité ont été utilisées comme critères pour calibrer les opérations.

Le but de l'étude était de démontrer comment nos limites psychologiques et nos croyances sur les phénomènes aléatoires sont les causes principales d'au moins 90% des personnes qui commencent à spéculer sur les marchés financiers et qui finissent par perdre de l'argent. Après une série de pertes, l'impulsion est d'augmenter le montant du pari en se basant sur la croyance que la probabilité de la prochaine victoire est plus grande - c'est l'expression même de l'erreur du joueur, car les chances de gagner ne sont toujours que de 60%.

Le niveau de capitalisation, les préférences psychologiques et la capacité à tolérer le risque sont donc des aspects importants qui doivent être pris en compte pour élaborer et appliquer des stratégies de gestion financière.

compte démo forex